[CRITIQUE YOUTUBE] Bullet Train (2022)

bullet train

Sortie : 05 août 2022 aux Etats-Unis,
03 août 2022 en France

Réalisation : David Leitch

Scénario : Zak Olkewicz

Musique : Dominic Lewis

Distribution : Brad Pitt, Joey King, Brian Tyree Henry, Aaron Taylor-Johnson, Andrew Koji & Sandra Bullock.

bullet train

Synopsis :

Coccinelle est un assassin malchanceux et particulièrement déterminé à accomplir sa nouvelle mission paisiblement après que trop d’entre elles aient déraillé. Mais le destin en a décidé autrement et l’embarque dans le train le plus rapide au monde aux côtés d’adversaires redoutables qui ont tous un point commun, mais dont les intérêts divergent radicalement… Il doit alors tenter par tous les moyens de descendre du train.

[CRITIQUE YOUTUBE] Top Gun : Maverick (2022)

Top Gun 5

Sortie : 27 mai 2022 aux Etats-Unis,
25 mai 2022 en France

Réalisation : Joseph Kosinski

Scénario : Ehren Kruger, Eric Warren Singer & Christopher McQuarrie

Musique : Harold Faltermeyer, Hans Zimmer & Lady Gaga

Distribution : Tom Cruise, Miles Teller, Jennifer Connelly, Jon Hamm & Val Kilmer.

top gun maverick

Synopsis :

Après avoir été l’un des meilleurs pilotes de chasse de la Marine américaine pendant plus de trente ans, Pete Maverick«  Mitchell continue à repousser ses limites en tant que pilote d’essai. Il refuse de monter en grade, car cela l’obligerait à renoncer à voler. Il est chargé de former un détachement de jeunes diplômés de l’école Top Gun pour une mission spéciale qu’aucun pilote n’aurait jamais imaginée. Lors de cette mission, Maverick rencontre le lieutenant Bradley “Rooster” Bradshaw, le fils de son défunt ami, le navigateur Nick GooseBradshaw. Face à un avenir incertain, hanté par ses fantômes, Maverick va devoir affronter ses pires cauchemars au cours d’une mission qui exigera les plus grands des sacrifices.

[CRITIQUE YOUTUBE] : Prey (2022)

prey 1

Sortie mondiale : 05 août 2022 sur Hulu & Disney+

Réalisation : Dan Trachtenberg

Scénario : Patrick Aison

Musique : Sarah Schachner

Distribution : Amber Midthunder, Dakota Beavers, Dane DiLiegro, Geronimo Velan & Harlan Blayne.

Synopsis :

Amérique du nord, 1719, en territoire Comanche; Naru, une farouche et brillante guerrière, s’est fixée comme objectif de protéger sa tribu dès qu’un danger menace. Elle découvre que la proie qu’elle traque en ce moment n’est autre qu’un prédateur extraterrestre particulièrement évolué doté d’un armement sophistiqué. Une confrontation aussi perverse que terrifiante s’engage bientôt entre les deux adversaires…Mais qui des deux est la proie (Prey)…ou le chasseur ?

© Steve Ketterlin

[CRITIQUE] Amsterdamned (1988)

amsterdamned 5

Sortie : 11 février 1988 aux Pays-Bas,
08 juin 1988 en France

Réalisation : Dick Maas

Scénario : Dick Maas

Musique : Dick Maas

Distribution : Hubb Stapel, Monique van de Ven, Tanneke Hartzuiker & Serge-Henri Valcke

Synopsis :

L’histoire se déroule à Amsterdam. Un dangereux plongeur sévit dans la ville, tuant sauvagement ses victimes à coups de couteau cranté. Le flic Eric Visser mène l’enquête dans le milieu de la plongée et rencontre une charmante jeune femme accompagnée d’un étrange psychiatre. Ils vont collaborer pour capturer et démasquer le psychopathe qui hante le canal.

amsterdamned 1

Bonjour amis cinéphiles ! Cette fois, je vais vous parler d’un film que j’ai découvert lors des jeudis de l’angoisse sur M6. Il s’agit d’un film tout à fait particulier qui sent bon les années 80.

Allez direction les Pays-Bas plus précisément Amsterdam pour une petite virée au fin fond des canaux. Dick Maas, réalisateur déjà connu pour son film « l’Ascenseur » revient dans son pays natal et nous livre cette fois un slasher « bigger than life ».

Au programme… frissons, action et humour ! Pour ce cru 88, nous avons à faire à un tueur affublé d’un masque de plongée qui sévit dans les eaux de la capitale néerlandaise.

Je vous annonce tout de suite qu’il vous sera très difficile de trouver l’identité du serial killer avant la fin du film. Contrairement à ma rétro Vendredi 13, je ne vous révélerai pas le ou la coupable. Pourquoi hein ? Parce qu’il s’agit ici d’une intrigue réellement captivante à suivre. Et le dénouement est original et plutôt glauque comme on aime.

amsterdamned 2

Hubb Stapel, acteur fétiche de Dick Maas, endosse le rôle du flic coriace et porte la coupe mulet avec classe et tendresse. Ça transpire la testostérone et le premier degré via ce personnage sans ambiguïté. Il est accompagné par la charismatique Monique van de Ven, vraie star nationale. Elle y campe une scream girl dans la pur tradition du slasher. Les seconds rôles ne sont pas mauvais quoique parfois caricaturaux. Mais le produit ne triche pas et la formule est affichée comme grasse et généreuse. Dick Maas ne fait pas dans la dentelle. Il va mettre de l’hémoglobine là où il faut et en quantité, faire vrombir les bateaux dans une course-poursuite effréné. Il signe lui-même la musique et nous met dans les oreilles des nappes synthés peu subtiles mais diablement amusantes.

Le film est vraiment ancré dans son époque. Il paraîtra peu effrayant pour les amateurs de sensations fortes habitués aux productions actuelles. Mais à titre personnel, le cinéma de genre actuel ne m’impressionne pas. Le recours abusif au CGI, le destin et la facture DTV de la plupart des films, l’absence de vrais cinéastes passionnés derrière la caméra me désole.

amsterdamned 3

Dick Maas est de ceux qui ont imposé une vision du slasher, sa vision. On peut trouver son cinéma régressif, vieillot, le comparer à un Verhoeven du pauvre mais son « Amsterdamned » est une madeleine de Proust succulente.

Il parle à mon cœur de cinéphile et me ramène à mon amour des tueurs masqués. C’est un film que j’ai redécouvert récemment sur Amazon Prime Vidéo et croyez moi cet ovni vaut le détour.

Je suis également tombé amoureux de la chanson-titre éponyme de Lois Lane.

« Amsterdamned, Amsterdamned Ooh, ooh This is Amsterdamned. »

Allez un petit tour de bateau ça vous tente ?

 

amasterdamned

© Victor Leblanc

[CRITIQUE] : Prey (2022)

prey 1

Sortie mondiale : 05 août 2022 sur Hulu & Disney+

Réalisation : Dan Trachtenberg

Scénario : Patrick Aison

Musique : Sarah Schachner

Distribution : Amber Midthunder, Dakota Beavers, Dane DiLiegro, Geronimo Velan & Harlan Blayne.

Synopsis :

Amérique du nord, 1719, en territoire Comanche; Naru, une farouche et brillante guerrière, s’est fixée comme objectif de protéger sa tribu dès qu’un danger menace. Elle découvre que la proie qu’elle traque en ce moment n’est autre qu’un prédateur extraterrestre particulièrement évolué doté d’un armement sophistiqué. Une confrontation aussi perverse que terrifiante s’engage bientôt entre les deux adversaires…Mais qui des deux est la proie (Prey)…ou le chasseur ?

prey 2

Prey est un film américain réalisé par Dan Trachtenberg sorti en 2022. Il raconte la première visite de Predator sur Terre. Bien que l’histoire se déroule avant les événements du premier film sorti en 1987, le réalisateur déclare qu’il ne s’agira pas pour autant d’un préquel, car ne racontant pas les origines des Predator. Prey est déjà le cinquième opus de la saga Predator. La franchise a également connu deux crossovers avec l’univers Alien, à savoir : Alien vs. Predator et Aliens vs. Predator: Requiem. En tant que grand fan de cette saga, j’étais très impatient de voir ce film, voici mon avis :

Ce que j’ai aimé :

  • La mise en scène efficace et très propre de Dan Trachtenberg. 
  • L’immersion totale dans les vastes plaines américaines. 
  • Découvrir un Predator du passé qui est bien iconisé. 
  • Le fait qu’il y ait peu de dialogues.
  • La très bonne prestation de Amber Midthunder dans le personnage de Naru.
  • L’excellente photographie de Jeff Cutter qui fait penser à celle de The Revenant. 
  • Les magnifiques décors naturels du Canada.
  • Le retour d’un Predator à la brutalité primitive. 
  • Toutes les scènes de combat qui sont très lisibles. 
  • Le combat entre le Predator et l’ours, on ressent vraiment la violence des coups portés.
  • L’affrontement entre Naru et les trappeurs canadiens. 
  • Les références aux anciens opus. 

prey 3

Ce que j’ai moins aimé :

  • Le français très approximatif des trappeurs canadiens en VO. Franchement je n’ai pas tout compris… 
  • Le masque du Predator que je n’ai pas trop apprécié.
  • Le fait de ne pas avoir pu découvrir ce film au cinéma. 
  • La musique qui est très anecdotique. 

prey 5

Conclusion :

Avec Prey on retrouve enfin un film digne de cette franchise. Ce préquel situé au 18ème siècle sur le territoire des Comanches est un bon concept. On sent que Dan Trachtenberg le réalisateur de 10 Cloverfield Lane a été influencé par The Revenant, mais l’essentiel c’est que l’on a retrouvé un Predator bien badass. Je ne suis pas d’accord avec cette histoire de wokisme, faut arrêter de mettre ce mot à chaque sauce. Ce n’est pas parce que l’héroïne principale est une femme que le film est ultra féministe et woke ! D’ailleurs ce n’est pas un argument suffisant lorsque l’on analyse et juge un film. Cet opus est clairement à mettre au niveau de Predator 2. Prey est un film cru et bestial, qui respecte les codes de l’original, une excellente chasse à l’homme, avec un retour à l’instinct primaire.

prey 4

© Steve Ketterlin