[CRITIQUE] : The Revenant (2015)

the revenant

Réplique culte :

– Je n’ai plus peur de mourir maintenant, je l’ai déjà fait. 

Sortie : 16 décembre 2015 aux Etats-Unis,  
24 février 2016 en France.

Réalisation : Alejandro González Iñárritu

Scénario : Alejandro González Iñárritu & Mark L. Smith

Musique : Ryūichi Sakamoto, Alva Noto & Bryce Dessner

Distribution : Leonardo DiCaprio, Tom Hardy, Domhnall Gleeson & Will Poulter 

Synopsis :

Dans une Amérique profondément sauvage, Hugh Glass, un trappeur, est attaqué par un ours et grièvement blessé. Abandonné par ses équipiers, il est laissé pour mort. Mais Glass refuse de mourir. Seul, armé de sa volonté et porté par l’amour qu’il voue à sa femme et à leur fils, Glass entreprend un voyage de plus de 300 km dans un environnement hostile, sur la piste de l’homme qui l’a trahi. Sa soif de vengeance va se transformer en une lutte héroïque pour braver tous les obstacles, revenir chez lui et trouver la rédemption. 

the revenant 2

The Revenant est un film d’aventures américain réalisé, coécrit et coproduit par Alejandro González Iñárritu, sorti en 2015. Le film est partiellement adapté du roman Le Revenant (2002) de Michael Punke et est fondé sur une histoire vraie, celle de l’exploit accompli en 1823 par le trappeur Hugh Glass. Avec douze nominations, c’est le film le plus nommé aux Oscars en 2016. Il en remporte trois : celui du meilleur réalisateur pour Alejandro González Iñárritu, celui du meilleur acteur pour Leonardo DiCaprio et celui de la meilleure photographie pour Emmanuel Lubezki. Il remporte également trois Golden Globes dans les catégories meilleur film dramatique, meilleur réalisateur et meilleur acteur dans un film dramatique. Plusieurs acteurs ont été pressentis pour le premier rôle, dont Samuel L. Jackson et Christian Bale. Le rôle revient finalement à Leonardo DiCaprio. Le rôle de Fitzgerald était d’abord promis à Sean Penn, mais il quitte finalement le projet et est alors remplacé par Tom Hardy. The Revenant a connu un certain succès, il a rapporté plus de 530 millions de dollars à travers le monde ! En France le film a également bien marché avec plus de 3.8 millions d’entrées, il s’est classé à la sixième place de l’année 2016. J’ai découvert ce film au cinéma, je viens de le revoir sur Prime Video et voici mon avis :

Ce que j’ai aimé :

  • La mise en scène très pointu et très technique d’Alejandro Iñárritu qui a décidé de tourner ce film en extérieur. 
  • L’incroyable prestation de Leonardo DiCaprio, dans ce film il est monstrueux, son Oscar est largement mérité ! 
  • Le personnage très intéressant de John Fitzgerald, un « méchant » de grande qualité, interprété par un très bon Tom Hardy. 
  • Les décors naturels qui offrent des paysages exceptionnels on sent vraiment le côté réel. 
  • Le long plan-séquence du campement de trappeurs attaqué par une tribu indienne. On est complètement immergé dans l’action ! 
  • L’ambiance très marqué, on se croirait vraiment dans les années 1800. 
  • Le peu de dialogues qui sert énormément la narration visuelle. 
  • La magnifique photographie d’Emmanuel Lubezki, qui utilise à merveille la lumière naturelle. 
  • La séquence complètement dingue avec l’attaque du Grizzly… Franchement cela paraît tellement réel c’est hallucinant. 
  • La confrontation finale entre les deux antagonistes. 

The-Revenant

Ce que j’ai moins aimé :

  • Quelques petites longueurs, 2h36 c’est un peu trop long, le film aurait mérité d’être raccourci de 20 minutes. 

the revanant 3

Conclusion :

The Revenant est un beau film qui nous offre un spectacle visuel puissant à la technique (trop) parfaite. La réalisation d’Iñárritu est impeccable et le casting est un sans-faute. Même si l’on reproche souvent au réalisateur mexicain (de trop se regarder filmer) et d’avoir privilégié la forme au fond, je pense que l’on assiste tout de même à une aventure sauvage, violente et brutale parfaitement maîtrisée. Le tournage entièrement réalisé en pleine nature, qui a duré neuf mois au Canada et en Patagonie, dans des conditions assez compliqués, se ressent à l’écran. Leonardo DiCaprio a même déclaré que The Revenant était le tournage le plus compliqué de sa carrière, franchement on veut bien le croire. Si vous ne l’avez pas encore vu je vous conseille de vous plonger dans cette oeuvre indispensable et ultra-réaliste qui a marqué le cinéma des années 2010 ! 

© Steve Ketterlin

[CRITIQUE] : Jungle Cruise (2021)

jungle cruise

Répliques cultes :

– Ayez conscience de ceci à propos de la jungle, tout ce que vous voyez désire vous tuer et pourra le faire !

 – La légende raconte qu’il existe un arbre possédant des pouvoirs de guérison prodigieux capable de changer le monde.
– Je cherche cet arbre depuis longtemps. 

Sortie : Première mondiale : 24 juillet 2021 aux Etats-Unis,  
28 juillet 2021 en France.

Réalisation : Jaume Collet-Serra

Scénario : Michael Green, Glenn Ficarra & John Requa

Musique : James Newton Howard

Distribution : Dwayne Johnson, Emily Blunt, Jack Whitehall & Édgar Ramírez

Synopsis :

Chercheuse intrépide, la doctoresse Lily Houghton quitte Londres pour explorer la jungle amazonienne à la recherche d’un remède miraculeux. Pour descendre le fleuve, elle engage Frank Wolff, un capitaine roublard aussi douteux que son vieux rafiot délabré. Bien décidée à découvrir l’arbre séculaire dont les extraordinaires pouvoirs de guérison pourraient changer l’avenir de la médecine, Lily se lance dans une quête épique. L’improbable duo va dès lors affronter d’innombrables dangers – sans parler de forces surnaturelles – dissimulés sous la splendeur luxuriante de la forêt tropicale. Alors que les secrets de l’arbre perdu se révèlent peu à peu, les enjeux s’avèrent encore plus grands pour Lily et Frank. Ce n’est pas seulement leur destin qui est en jeu, mais celui de l’humanité tout entière…

JUNGLE CRUISE
2021
de Jaume Collet-Serra
Jack Whitehall
Emily Blunt.
base sur une attraction du parc Disneyland
based on Disneyland park attraction
Pr

Jungle Cruise est un film d’aventures américain réalisé par Jaume Collet-Serra sorti en 2021. Il s’agit de l’adaptation de Jungle Cruise, une des plus anciennes attractions des parcs Disney. En , on apprend que le film Jungle Cruise est développé par Mandeville Films, d’après un scénario d’Alfred Gough et Miles Millar, inspiré par l’attraction Jungle Cruise. Peu de détails sont alors révélés, excepté que l’intrigue se déroulera au 20ème siècle. En Tom Hanks et Tim Allen sont annoncés dans les rôles principaux, d’après un nouveau script signé Roger S. H. Schulman. En , on annonce que Walt Disney Pictures relance son projet Jungle Cruise. Le script est écrit par John Requa et Glenn Ficarra. En , Jaume Collet-Serra est finalement officialisé comme réalisateur et abandonne ainsi la suite de Suicide Squad. En , le scénariste Michael Green a procédé à des réécritures du scénario. Le , la sortie du film aux États-Unis est officiellement repoussée au . Le , elle est de nouveau repoussée au  à cause de la pandémie de Covid-19. L’avant-première mondiale a lieu de  à Disneyland. Le film n’a pas connu un énorme succès, mais il a tout de même rapporté plus de 220 millions de dollars ! En France le film a fait un peu plus de 800.000 entrées. Je l’ai loupé au cinéma l’année dernière, mais je viens de le découvrir sur Canal+, voici mon avis :

Ce que j’ai aimé :

  • La mise en scène correct de Jaume Collet-Serra, qui se retrouve pour la première fois avec un tel budget entre les mains. 
  • Le charisme de « The Rock » Dwayne Johnson, qui sort du lot. 
  • La prestation d’Emily Blunt qui malgré son personnage s’en sort avec les honneurs. 
  • Les costumes d’époque. 
  • Le côté aventure, j’adore ça moi. 
  • La BO de James Newton Howard, qui s’inspire grandement de la musique de John Williams.

jungle cruise 5

Ce que j’ai moins aimé :

  • L’alchimie entre Dwayne Johnson et Emily Blunt ne prend pas.
  • La mythologie un peu trop brouillon et trop confuse à mon gout. Trop d’enjeux, trop de protagonistes. 
  • Les personnages creux qui sont très clichés et caricaturaux. 
  • Le nombre d’effets numériques, vive la surabondance de CGI… C’est à se demander si ils ont tournés ailleurs que dans les studios… 
  • Le montage très hasardeux, ça va beaucoup trop vite (surtout dans la seconde partie du film). 
  • L’aspect artificiel de la jungle et des animaux qui semblent tous recrées numériquement, le jaguar fait fake.  

jungle cruise 7

Conclusion :

Jungle Cruise est un blockbuster familial qui s’adresse surtout aux enfants et aux ados, mais à aucun moment aux adultes. Même si le scénario du film est influencé par African Queen, Indiana Jones, La Momie, et Pirates des Caraïbes, le film n’arrive pas à se démarquer et à trouver la bonne formule, rien d’original en somme. C’est un film qui n’a pas d’âme, c’est un pur produit marketing qui répond parfaitement au cahier des charges des actionnaires de Disney… tout est mis en œuvre pour éviter toute prise de risques. Un long-métrage anecdotique, mais politiquement correct à 200 millions d’euros qui sera très vite oublié !

Je suis assez déçu et c’est dommage car j’aime énormément les films d’aventures ! 

JUNGLE CRUISE, from left: Dwayne Johnson, Emily Blunt, 2021. © Walt Disney Studios Motion Pictures / Courtesy Everett Collection

© Steve Ketterlin

[CRITIQUE] : Tomb Raider (2018)

Tom Raider

Sortie : 16 mars 2018 aux Etats-Unis,
14 mars 2018 en France

Réalisation : Roar Uthaug 

Scénario : Geneva Robertson-Dworet & Alastair Siddons, d’après une histoire écrite par Evan Daugherty et Geneva Robertson-Dworet, adaptée de la série de jeux vidéo Tomb Raider par Crystal Dynamics

Musique : Junkie XL

Distribution : Alicia Vikander, Dominic West, Walton Goggins, Daniel Wu & Kristin Scott Thomas. 

Synopsis : 

Refusant de croire que son père, disparu il y a sept ans, est vraiment mort, Lara refuse de reprendre les affaires familiales préférant une vie de galère et de petits boulots. Contrainte malgré tout de signer l’héritage pour ne pas voir l’empire fondé par son père s’effondrer, Lara découvrira dans son dernier message un précieux message qui pourrait la conduire vers la dernière destination de son père. N’écoutant que son courage, la jeune femme s’embarque pour sa première grande aventure vers l’île de Yamataï situé au large du Japon.

tomb raider

Bon… on va faire rapide. Le film en soit n’est pas dégueulasse. Les acteurs ne sont pas ridicules.
Malgré une histoire un peu légère, ça fonctionne à peu près (surtout pour notre époque).

Mais ce n’est pas un TOMB RAIDER, point final.
Voilà, c’est dit.

Concernant l’actrice principale, même si son jeu est respectable, elle est trop jeune pour incarner Lara Croft d’une façon crédible. Déjà ce n’est pas simple de passer après Angelina Jolie, mais là, honnêtement, ça ne fonctionne pas.
En gros, on ne regarde pas un TOMB RAIDER mais plutôt les aventures de Laura Croft, la cousine de Lara.

Là où je suis foutrement déçu, c’est que cette franchise aurait la possibilité de nous proposer un INDIANA JONES nouvelle génération et ça serait vraiment génial. Ici, le scénario manque cruellement de nous faire voyager. Là où Lara Croft aurait du rechercher son père en traversant plein de pays (et donc en essuyant plein de péripéties plus ou moins risquées), elle ne fait qu’aller (super facilement) sur une île pourtant difficile à trouver et… bah c’est tout.
Non, désolé, je refuse de me contenter de ça.

Ce film n’est qu’une excuse pour la suite qui est déjà prévue…. Honnêtement, je pense que le film suivant sera mieux (il ne peut que être mieux), mais pourquoi ne pas avoir fait un vrai bon film pour partir sur des bases solides ?
Je crois que ce mystère ne sera jamais déterré…
Le pire, c’est qu’il y avait plusieurs ingrédients qui honoraient le jeu….

En gros c’est une déception…

tomb raider 2

© Jed Seth

[CRITIQUE] : Jurassic Park (1993)

jurassic

Répliques cultes :

– Disneyland aussi a eu quelques difficultés à ses débuts !
– Oui mais, John, quand les pirates des Caraïbes se détraquaient, ils ne dévoraient pas les touristes !

– Auriez-vous projeté de mettre des dinosaures dans votre parc à dinosaures ?

Sortie : Première mondiale : 09 juin 1993 à Washington aux Etats-Unis,  
20 octobre 1993 en France.

Réalisation : Steven Spielberg

Scénario : Michael Crichton & David Koepp 

Musique : John Williams

Distribution : Sam Neill, Laura Dern, Jeff Goldblum, Richard Attenborough & Samuel L. Jackson. 

Synopsis :

Ne pas réveiller le chat qui dort… C’est ce que le milliardaire John Hammond aurait dû se rappeler avant de se lancer dans le « clonage » de dinosaures. C’est à partir d’une goutte de sang absorbée par un moustique fossilisé que John Hammond et son équipe ont réussi à faire renaître une dizaine d’espèces de dinosaures. Il s’apprête maintenant avec la complicité du docteur Alan Grant, paléontologue de renom, et de son amie Ellie Sattler, à ouvrir le plus grand parc à thème du monde. Mais c’était sans compter la cupidité et la malveillance de l’informaticien Dennis Nedry, et éventuellement des dinosaures, seuls maîtres sur l’île…

park

Jurassic Park est un film américain réalisé par Steven Spielberg, sorti en 1993. Adapté du roman de  Michael Crichton publié en 1990, le film met en scène un parc d’attractions et animalier sur une île fictive nommée Isla Nublar située dans l’océan Pacifique, au large du Costa Rica. Avec le soutien d’Universal Pictures, Spielberg a acquis les droits d’adaptation pour 1,5 millions de dollars en mai 1990. Crichton a été engagé pour écrire l’adaptation de son propre roman. David Koepp a ensuite retravaillé le scénario pour aboutir au résultat final qui met de côté une grande partie de l’exposition et de la violence du livre. De nombreux changements ont été également apportés aux personnages. Le film a été un triomphe commercial puisque pour un budget assez modeste pour un blockbuster (63 millions de dollars), il en a rapporté 357 millions aux États-Unis et 555 millions dans le reste du monde, soit un total de 912 millions de dollars, faisant de lui le plus grand succès du box-office mondial de 1993 à 1998 et le plus grand succès de la carrière de Steven Spielberg. Jurassic Park a même été le film le plus rentable de tous les temps jusqu’en 2009. Il a remporté trois Oscars et est considéré comme un film pionnier dans l’histoire des effets spéciaux numériques et animatroniques. Il a par la suite donné naissance à une saga cinématographique de six films dont la première suite, Le Monde perdu : Jurassic Park, toujours réalisée par Spielberg, est sortie en 1997. En France le film a également connu un énorme succès avec plus de 6,5 millions d’entrées. Je me rappelle l’avoir découvert en salle en 1994, depuis je l’ai revu des dizaines de fois, voici mon avis :

Ce que j’ai aimé :

  • Le talent de la mise en scène du patron Steven Spielberg, qui a toujours su s’entourer des meilleurs.
  • Un scénario intelligent et passionnant, très bien adapté du roman de Michael Crichton. 
  • Le mélange entre les animatroniques et les images de synthèse ont donnés les dinosaures les plus crédibles jamais vus à l’écran. Jamais l’image de synthèse n’avait atteint un tel niveau de réalisme… et les animatroniques ne vieilliront jamais, elles resteront toujours aussi réalistes parce qu’elles sont physiquement présentes et offrent une sensation de réel sans équivalent. 
  • Le fait d’être complètement happé en tant que spectateur, on a l’impression d’être les témoins privilégiés du futur parc. 
  • Toutes les thématiques abordées, (la génétique, la théorie du chaos, la biotechnologie, le contrôle de la nature).  
  • Toutes les scènes cultes avec les dinosaures, (lorsque Grant découvre pour la première fois les Brachiosaures, le T-Rex en pleine nuit, les verres d’eau qui tremblent pour nous prévenir de l’arrivée du T-Rex). 
  • La fluidité et le rythme du film sont fascinants. 
  • L’alternation entre le spectaculaire et la suggestion. 
  • Un casting de haute volée.
  • La performance de Sam Neill est brillante, ses interprétations sont vraiment grandioses. 
  • Des personnages attachants et très différents, dotés de répliques mémorables.  
  • Les moments de tensions extrêmes, (notamment la scène avec les enfants dans la cuisine). 
  • La BO du grand John Williams est magistrale, elle fait vraiment partie intégrante du film. Le thème principal restera gravé dans les mémoires.

jurassik park 3

Ce que j’ai moins aimé :

  • RIEN 

jurassic park 1

Conclusion :

Jurassic Park a été un énorme carton en 1993/1994, et ce film a littéralement révolutionné le cinéma, mêlant avec merveille les animatroniques et les images de synthèse. Il y a clairement un avant et un après Jurassic Park. Pour cela, Steven Spielberg n’a rien laissé au hasard, et comme très souvent il s’est entouré des meilleurs : Stan Winston, le spécialiste des effets spéciaux animatroniques, Phil Tippett, responsable de l’animation des créatures de la première trilogie Star Wars, ainsi que Dennis Muren, l’un des piliers d’ILM, la société d’effets spéciaux de Georges Lucas. 

Jurrasic Park est un des plus gros succès des années 90, une œuvre culte pour toute une génération, mêlant l’aventure, l’humour et l’angoisse à l’émerveillement et l’action. Il restera à coup sûr comme l’un des plus grands films de dinosaures jamais réalisé. Jurassic Park est une de mes plus belles rencontres cinématographiques, car oui n’oubliez jamais, un film est avant tout un moment de vie, une découverte, une rencontre… qui nous transmet une émotion, voire de la passion, et ce sont les deux plus belles choses que nous offre la culture. Spielberg n’avait plus rien à prouver en 1993, mais il ne s’est pas gêné pour nous en mettre plein la vue ! 

jurassic park 2

© Steve Ketterlin

[CRITIQUE] : Top Gun (1986)

top gun

Réplique culte :

Ce qu’il fallait faire c’était ramener l’avion à bord, il n’est pas à vous, il est au contribuable. Vous signez des chèques en blanc et vous n’avez pas de quoi les honorer.

Sortie : Première Mondiale 12 mai 1986 à New-York,
17 septembre 1986 en France

Réalisation : Tony Scott

Scénario : Jim Cash & Jack Epps

Musique : Harold Faltermeyer

Distribution : Tom Cruise, Kelly McGillis, Anthony Edwards, Meg Ryan & Val Kilmer.

Synopsis :

Jeune as du pilotage et tête brûlée d’une école réservée à l’élite de l’aéronavale US (« Top Gun »), Pete Mitchell, dit « Maverick« , tombe sous le charme d’une instructrice alors qu’il est en compétition pour le titre du meilleur pilote…

top gunn

Top Gun est un film d’action américain réalisé par Tony Scott, sorti en 1986, avec notamment dans les rôles principaux Tom Cruise, Kelly McGillis et Val Kilmer. Pour incarner le personnage de Maverick, plusieurs stars en devenir de l’époque furent sollicitées comme Patrick Swayze, Nicolas Cage, ou encore Charlie Sheen, et John Travolta. Avant de revenir à Tony Scott, la réalisation a été proposée à John Carpenter et David Cronenberg, mais ses derniers ont refusés. Pourtant Top Gun a été un vrai succès au box-office et a rapporté 353 millions de dollars pour un budget d’environ 15 millions ! En France, le film a également bien marché en faisant 3 570 719 entrées. A noter que le film a remporté l’Oscar et le Golden Globe de la meilleure chanson originale pour Take My Breath Away de Berlin en 1987. Bien entendu j’ai vu et revu ce film plusieurs fois dans les années 80/90, mais je viens de le revoir et voici mon avis :

Ce que j’ai aimé :

  • L’excellente mise en scène de Tony Scott, un réalisateur que j’ai toujours beaucoup apprécié. 
  • La prestation de Tom Cruise, c’est grâce à ce film qu’il est propulsé au rang de star internationale.
  • La romance entre Tom Cruise & Kelly McGillis est assez plaisante.
  • Le sex-appeal de Kelly McGillis.
  • Les scènes de combats aériennes en prise de vues réels sont très grisantes. 
  • La qualité du casting. 
  • La bonne ambiance du film, le côté détente et fun des années 80 qui représente parfaitement l’idéologie du duo de producteur Don Simpson/Jerry Bruckheimer.
  • La rivalité entre Tom Cruise & Val Kilmer. 
  • La splendide BO pop rock d’Harold Faltenmeyer et la chanson Take my Breath Away que tout le monde a chanté un jour sous sa douche. 

top gun 1

 

Ce que j’ai moins aimé :

  • Le scénario un peu simple et convenu. 
  • Le côté un peu too much et clichés de certaines scènes. 

top gun 5

Conclusion :

En 1986 Top Gun était considéré comme un phénomène de société, et a marqué toute une génération lors de sa sortie. D’ailleurs l’US Navy a profité de la popularité du film pour installer directement des stands d’inscription à la sortie des cinémas et indiqua une augmentation de 500 % de demandes d’inscription après la sortie du film ! Il faut dire que 36 ans après, Top Gun est visuellement toujours aussi impressionnant, les scènes de combats aériennes n’ont d’ailleurs jamais été surpassé si l’on parle de combats aériens rapprochés sans effets numériques.
Pour résumé je vous conseille de le regarder, si ce n’est pas encore fait, car même après tout ce temps, on peut s’envoyer en l’air en découvrant ce film culte qui transpire les années 80… 

 

top gun 8

© Steve Ketterlin