[CRITIQUE] Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre (2002)

mission cléopatre

Sortie : 30 janvier 2002 en France

Réalisation : Alain Chabat

Scénario : Alain Chabat d’après la bande dessinée créé par René Goscinny & Albert Uderzo

Musique : Philippe Chany 

Distribution : Christian Clavier, Gérard Depardieu, Monica Bellucci, Claude Rich, Jamel Debbouze, Gérard Darmon, Alain Chabat, Edouard Baer

asterix-et-obelix-mission-cleopatre-1280x720

Synopsis :

Cléopâtre, la reine d’Égypte, décide, pour prouver à Jules César la grandeur de la civilisation égyptienne, de construire un palais en plein désert en l’espace de trois mois. Pour cela, elle fait appel à l’architecte Numérobis. Ce choix déplaît fortement à l’architecte royal, Amonbofis, jaloux de n’avoir pas été désigné pour mener à bien le projet. Numérobis, inquiet du délai extrêmement court dont il dispose, décide de se rendre en Gaule pour demander de l’aide à un vieil ami, le druide gaulois Panoramix, détenteur du secret de la potion magique, ainsi qu’à ses amis, Astérix et Obélix. Les trois Gaulois accompagnent Numérobis à Alexandrie où ils devront déjouer les manigances d’Amonbofis et des Romains, car si Numérobis ne termine pas à temps la construction du palais, il sera jeté aux crocodiles sacrés.

© Steve Ketterlin

[CRITIQUE] Astérix et Obélix contre César (1999)

OIP

Sortie : 03 février 1999 en France

Réalisation : Claude Zidi

Scénario : Claude Zidi, avec les dialogues de Gérard Lauzier, d’après la bande dessinée créée par René Goscinny & Albert Uderzo

Musique : Jean-Jacques Goldman & Roland Romanelli

Distribution : Christian Clavier, Gérard Depardieu, Roberto Benigni, Michel Galabru, Daniel Prévost, Pierre Palmade, Laetitia Casta, Claude Piéplu & Gottfried John.

Christian Clavier, Gérard Depardieu

Synopsis :

Le conquérant Jules César a des ennuis avec ces Gaulois : Détritus, officier fourbe et déloyal, lui a caché l’existence de ce petit village. Désireux de détruire ce dernier foyer d’insurrection et fatigué de l’incompétence du centurion Caïus Bonus, César vient en personne assiéger le village des irréductibles. Il a une bonne raison : Prolix, un faux devin, a poussé les villageois à voler le chariot renfermant l’argent de ses impôts.

© Steve Ketterlin

[CRITIQUE] Les Bronzés font du ski (1979)

R (2)

Répliques cultes :

– Tu m’aides pas là ?
– Non pas là non…

– Je sais pas ce qui me retient de te casser la gueule…
– La peur peut-être ?
– Ouais, ça doit être ça !

– Je crois que toi et moi on a un peu le même problème, c’est-à-dire qu’on peut pas vraiment tout miser sur notre physique, surtout toi.

Sortie : 21 novembre 1979 en France

Réalisation : Patrice Leconte

Scénario : La troupe du Splendid

Musique : Pierre Bachelet

Distribution : Michel Blanc, Gérard Jugnot, Christian Clavier, Marie-Anne Chazel, Thierry Lhermitte, Josiane Balasko, Dominique Lavanant.

les bronzés

Synopsis :

Après le Club méditerranée en Côte d’Ivoire, la joyeuse troupe d’amis (plus connu sous le nom des Bronzés) se retrouvent aux sports d’hiver. Ils vivront encore d’autres problèmes sentimentaux, et mésaventures. L’équipe ira même jusqu’à se perdre en montagne. 

© Steve Ketterlin

[CRITIQUE] Violent Night (2022)

VIOLENT NIGHT

Sortie : 02 décembre 2022 aux Etats-Unis,
30 novembre 2022 en France.

Réalisation : Tommy Wirkola

Scénario : Josh Miller & Patrick Casey

Musique : Dominic Lewis

Distribution : David Harbour, John Leguizamo, Alex Hassell & Alexis Louder

Synopsis : 

Le soir de Noël, quand un groupe de mercenaires entre par effraction sur la propriété d’une famille aisée qu’ils prennent en otage, ils vont devoir affronter un adversaire auquel ils ne s’attendaient pas : Le Père Noël est dans la place et il va leur montrer que ce bon vieux Saint Nicolas a plus d’un tour dans sa hotte.

violent night

On prend un groupe de méchants braqueurs/voleurs, on les envoie dans la maison d’une famille richissime et on les laisse faire leur boulot… sauf que… c’était la nuit de Noël et que le Père Noël était justement dans la maison.

On arrête tout et on va au ciné immédiatement car ce VIOLENT NIGHT est INDISPENSABLE !

Le film est une sorte de mélange habile entre un film de Noël, PIÈGE DE CRISTAL, LES FEUX DE L’AMOUR et MAMAN J’AI RATÉ L’AVION. Mais c’est ultra bien dosé et tellement bien réalisé que la mayonnaise prend immédiatement !

Pourquoi LES FEUX DE L’AMOUR ? Parce qu’on suit une famille détestable de gens ultra riches, des personnages ultra clichés  qui ne se font que des coups bas entre eux.
Pour les autres films en référence, c’est simple à comprendre, on baigne complètement dans ce genre d’ambiance !

L’histoire est très drôle. C’est clairement une comédie un peu gore sur les bords (mais avec un humour grinçant et bien dosé).

violent

Pour moi, c’est l’un des tous meilleurs films de l’année. Grosse surprise !

On a un acteur (David Harbour) qui est fantastique ! Je suis déjà tombé amoureux dans BLACK WIDOW où il incarne le Red Guardian, mais là c’est définitif ! Le mec s’est jeté à corps perdu dans ce rôle de Père Noël !! C’est officiel, je suis fan de ce gars !

Et pour une fois, un enfant n’est pas détestable dans un film ! C’est une grande avancée historique car c’est quand même vachement rare ! Les méchants sont des vrais méchants, ils sont super expéditifs et plutôt convaincants. D’autant que le film baigne moitié dans l’action et moitié dans l’humour. C’était pas gagné que la mayonnaise prenne à ce point !

Bon par contre, attention, il n’y a aucune restriction d’âge et il est présenté comme un « film d’action familial » mais c’est totalement faux. C’est quand même assez violent/crado par moments. C’est un peu comme si John Wick débarquait dans l’univers de Kingsman. Donc attention, moins de 12 ans au moins pour éviter les traumas.

Oh lala, j’ai limite envie de le revoir dès maintenant !!! Mais pourquoi vous lisez encore ce que j’ai écrit ? Allez le voir !!
ALLEZ LE VOIIIIIIIIR !!!!

david harbour

© Jed Seth

[CRITIQUE] Maman, j’ai raté l’avion ! (1990)

affiche

Réplique culte :

– Hé Harry, pourquoi t’es déguisé en poulet ?

Sortie : Première mondiale 16 novembre 1990 aux Etats-Unis,
19 décembre 1990 en France

Titre original : Home Alone

Réalisation : Chris Columbus

Scénario : John Hugues

Musique : John Williams

Distribution : Macaulay Culkin, Joe Pesci, Daniel Stern, John Heard, Catherine O’Hara & John Candy.

R (2)

Synopsis :

Pour les fêtes de fin d’année, la famille McCallister s’est offert un voyage pour Paris. Partis dans la précipitation, ils oublient le petit Kevin, grondé la veille et puni dans le grenier de la grande demeure. L’enfant, au début heureux de s’être débarrassé d’une famille décidément encombrante, se retrouve subitement à défendre la maison familiale contre un duo de voleurs bien décidés à mettre à sac tout le quartier…

© Steve Ketterlin