[CRITIQUE] Les Banshees d’Inisherin (2022)

les banshees

Sortie : 21 octobre 2022 aux Etats-Unis,
28 décembre 2022 en France

Réalisation : Martin McDonagh

Scénario : Martin McDonagh

Musique : Carter Burwell

Distribution : Colin Farrell, Brendan Gleeson, Barry Keoghan & Kerry Condon

l-intro-1662397887

Synopsis :

Sur Inisherin – une île isolée au large de la côte ouest de l’Irlande – deux compères de toujours, Padraic et Colm, se retrouvent dans une impasse lorsque Colm décide du jour au lendemain de mettre fin à leur amitié. Abasourdi, Padraic n’accepte pas la situation et tente par tous les moyens de recoller les morceaux, avec le soutien de sa sœur Siobhan et de Dominic, un jeune insulaire un peu dérangé. Mais les efforts répétés de Padraic ne font que renforcer la détermination de son ancien ami et lorsque Colm finit par poser un ultimatum désespéré, les événements s’enveniment et vont avoir de terribles conséquences…

© Fred Grx

[CRITIQUE] Elephant Man (1980)

elephant man

Sortie : 10 octobre 1980 aux Etats-Unis,
08 avril 1981 en France.

Titre original : The Elephant Man

Réalisation : David Lynch

Scénario : Christopher De Vore, Eric Bergen & David Lynch

Musique : John Morris 

Distribution : John Hurt, Anthony Hopkins & Ann Bancroft

Synopsis : 

Un jeune et brillant chirurgien, Frederick Treves rencontre dans le spectacle d’un cirque victorien un homme si hideusement déformé qu’il est condamné à vivre la vie dégradante de phénomène de foire. Il s’agit de John Merrick, connu des publics de cirque dans tout le pays comme « L’homme éléphant ». Bien que Merrick ne puisse être guéri, Treves se bat pour le délivrer de la misère de son environnement, et pour lui donner une vie digne et confortable…

man

On prend un gars (qui a vraiment existé) avec une difformité hors normes et on fait un film sur sa vie.

Vu il y a très longtemps.
Je me rends compte que je mélangeais un peu ce film avec le film FREAKS de 1932 (de Tod Browning).

Finalement, ce ELEPHANT MAN est assez incroyable au niveau de l’image. Le noir et blanc est vraiment beau et le cadrage est maîtrisé. On dirait un film d’un autre temps.

C’est un vrai exercice de style de la part du réalisateur qui nous plonge dans le passé avec une façon de réaliser « à l’ancienne ».
Et ça marche.

Il serait très difficile de dater le film simplement en le regardant. L’histoire aurait pu être un poil plus haute en couleur mais finalement, les scénaristes ont choisis de bien coller à la réalité (du moins à ce que l’on sait de cette histoire (car oui, c’est une historie vraie).

Le maquillage de l’Homme Éléphant est prodigieux. La seule chose que je regrette, c’est que le personnage principal passe pour un grand naïf (limite attardé) alors qu’il aurait peut-être pu avoir un regard un peu plus travaillé sur le monde et des réactions un peu moins enfantines. Toujours est-il que ce film est la preuve que David Lynch a su faire un vrai film en assouvissant sa dérangeante passion pour le corps et la difformité, tout en évitant de partir dans des délires sans intérêt…

Très bon film.

(Oui oui, je viens de finir une chronique d’un film de David Lynch en disant « très bon film »), comme quoi tout arrive dans la vie !

A voir, évidemment.

the

© Jed Seth

[CRITIQUE] Whitney Houston: I Wanna Dance with Somebody (2022)

whitney

Sortie : 23 décembre 2022 aux Etats-Unis,
21 décembre 2022 en France

Réalisation : Kasi Lemmons

Scénario : Anthony McCarten

Musique : Chanda Dancy

Distribution : Naomi Ackie, Ashton Sanders, Stanley Tucci, Nafessa Williams & Clarke Peters

whitney

Synopsis :

De la jeune choriste du New Jersey à l’une des artistes les plus renommées et récompensées de tous les temps, le public se retrouve transporté dans une aventure inspirante, poignante – et particulièrement émouvante – à travers la vie et la carrière tourmentées de Whitney Houston, mettant en lumière, comme jamais auparavant, les concerts et les chansons les plus iconiques de la célébrissime artiste.

© Victor Leblanc

[CRITIQUE] Il était une fois en Amérique (1984)

affiche

Sortie : 1er juin 1984 aux Etats-Unis,
23 mai 1984 en France.

Titre original : Once Upon a Time in America

Réalisation : Sergio Leone

Scénario : Leonardo Benvenuti, Piero De Bernardi, Enrico Medioli, Franco Arcalli, Franco Ferrini & Sergio Leone

Musique : Ennio Morricone

Distribution : Robert De Niro, James Woods, Elizabeth McGovern, Joe Pesci & Burt Young.

once-upon-a-time-in-america

Synopsis :

L’intrigue du film ne suit pas un ordre chronologique linéaire, mais alterne au niveau de la diégèse entre trois phases de la vie du protagoniste principal, David Aaronson, dit Noodles (« Nouilles ») : son adolescence en 1922 où il côtoie le milieu des petits voyous du Lower East Side, quartier juif de New York, qu’il habite avec sa famille, à l’âge adulte en 1933 et sa vieillesse en 1968.

© Fred Grx

[CRITIQUE] 1899 (2022)

1899

Sortie : 17 novembre 2022 sur Netflix.

Réalisation : Baran bo Odar

Scénario : Jantje Friese & Baran bo Odar

Musique : Ben Frost

Distribution : Emily Beecham, Aneurin Barnard, Andreas Pietschmann & Miguel Bernardeau. 

1899 imgae

Synopsis :

 à Londres, des migrants de diverses origines quittent l’Europe sur le bateau à vapeur Kerberos (« Cerbère ») pour un voyage de sept jours. Ils espèrent débuter une nouvelle vie à New York et vivre le « rêve américain ». Après avoir reçu un message, Eyk Larsen, le capitaine du Kerberos, décide de dévier sa route pour porter secours au Prometheus (« Prométhée »), un navire similaire de la même compagnie porté disparu depuis quatre mois. Le voyage va alors virer au cauchemar.

© Fred Grx