[CRITIQUE] : Men in Black II (2002)

men in black 2

Réplique culte :

– Tu te souviens pas de moi mais on faisait équipe dans le temps.
– J’ai jamais bossé dans les pompes funèbres.

Sortie : Première mondiale : 03 juillet 2002 aux Etats-Unis,
07 août 2002 en France

Réalisation : Barry Sonnenfeld

Scénario : Robert Gordon & Barry Fanaro

Musique : Danny Effman

Distribution : Tommy Lee Jones, Will Smith, Rosario Dawson, Lara Flynn Boyle & Johnny Knoxville

Synopsis :

Depuis que sa mémoire a été effacée, « K » a tout oublié des Men in Black. « J » s’occupe seul des missions les plus délicates. A la suite d’un crime étrange impliquant des extraterrestres, l’agence met au jour un redoutable complot qui menace notre planète. Serleena, maléfique séductrice qui se cache sous les traits d’un top modèle en lingerie fine, est prête à tout pour accomplir son sinistre dessein. Un seul homme en sait assez pour la combattre, mais à l’heure qu’il est, il trie des enveloppes…

men

5 ans plus tard.
Des extraterrestres, deux acteurs qu’on aime, un complot et de l’humour. On reprend les ingrédients et on refait un gâteau.

Voilà un film qui se laisse regarder.
Les acteurs sont convaincants et on sent qu’ils s’amusent vraiment à interpréter leurs rôles. Les acteurs ajoutés dans ce nouvel épisode sont également bien choisis.
Petite déception sur le traitement de la « méchante » du film qui ne semble pas si dangereuse. Même si l’actrice joue très bien, on dirait malgré tout une élève de Morticia Addams qui n’aurait pas eu son diplôme de fin d’année.

Là où le premier film baignait dans un mélange bien pesé d’humour et de SF, on sent que cette suite est beaucoup plus axée sur l’humour. Mais ça marche. Certains gags sont vraiment drôles. Tous les gags autour de Frank (le chien) sont vraiment bons (et pourtant, c’est rare que je me marre sur les « blagues canines »).

En conclusion :
Ce deuxième épisode est un film de l’instant. Sur le moment, on l’apprécie pour ce qu’il est mais après le générique, on l’aura oublié à cause de ce qu’il est.

men in balck

© Jed Seth