[CRITIQUE] Vendredi 13 : Chapitre final (1984)

vendredi 13 1

Sortie : 13 avril 1984 aux Etats-Unis,
11 juillet 1984 en France

Titre original : Friday the 13th : The Final Chapter

Réalisation : Joseph Zito 

Scénario : Barney Cohen

Musique : Harry Manfredini

Distribution : Ted White, Kimberley Beck, Corey Feldman, Barbara Howard & Crispin Glover.

Synopsis :

À Crystal Lake, Jason qu’on croit mort s’échappe de la morgue. Une famille s’installe dans leur maison de vacances, les enfants Trish et Tommy font connaissance avec Rob, un campeur. Or, Rob raconte à Trish qu’il est là pour venger sa sœur que Jason avait tuée, car il sait que Jason est revenu à Crystal Lake…

vendredi 13 4

« Le chapitre final pas si final que ça… »

Après des meurtres en 3-D qui ont rapporté pas mal de tunes à la Paramount,  Franck Mancuso. Jr décide en 1984 une bonne fois pour toutes de clore la saga par un ZE FINAL CHAPTER. Au revoir Steve Miner, bienvenue au yes man Joseph Zito, un réalisateur de séries B qui fait tourner pas mal de fois Chuck Norris.

Et là les amigos, ça va pétarader dans tous les sens. Jason est retrouvé gisant au sol dans le ranch du film d’avant avec tous ses copains bien décalqués. Il y a le NCIS, les hélicos qui tournent… ça sent la scène de crime, le flic qui enquête à la Seven. Ça sent le thriller glauque… ça fait peur!

Jason est emmené à la morgue pour un petit checkup. Là il se réveille et fait la misère au personnel soignant. La suite, bon ben toujours pareil. C’est presque comme une recette de cuisine avec comme ingrédient principal notre grosse brute préférée.

La toujours pas de monos mais encore une bande de potes bien nouille qui a loué une baraque au bord de Crystal Lake. Mais cette fois, la donne change un peu et la Némésis de Jason fait son entrée : le petit Tommy Jarvis ou si vous préférez Bagou des Goonies !

vendredi 13 5

Oui Corey Feldman qui était encore tout petiot à l’époque et craquant se retrouve dans cet opus. Il joue un gamin fan de masques bien creepy qui vit avec Trish, sa sœur hyper canon. Tommy, contrairement au gentil Cinoque, n’apprécie guère le faciès de Jasounet et lui fera comprendre à coup de machette dans la caboche.

Pour le reste de l’équipe, il est rigolo de retrouver le père de Marty Mac Fly alias Crispin Glover jouer un puceau qui va arroser son dépucelage en voulant ouvrir une bouteille de vin.

Mais Jason, très impliqué dans la lutte contre l’alcool, va dissuader le jeune homme de boire en lui enfonçant de façon bienveillante le tire-bouchon dans la main. Alors là, on atteint le level ultime de la quincaillerie. La saga ne fera pas mieux niveau prévention dangers domestiques.

vendredi 13 3

Alors on réserve une nuit pour l’été ? L’avis du routard…

Bon on ne va pas tourner autour du pot, non du lac… ce chapitre final peut se regarder sur le trône, la mine contrite, le caca qui tape au portillon. Jason tue et tue encore, les filles vont toujours se baigner à poil en pleine nuit en mode ibiza.

Le petit plus c’est le môme chelou qui va quand-même mettre notre killer un peu K.O. Restez à la fin et vous verrez au menu :

Jason unmasked qui ressemble de plus en plus à Picasso ou du Fleury Michon bien périmé. Le petit gars tommy qui se fout la boule à zéro pour faire un mime à Jasounet. Mais qui peut-il bien imiter?? Peut-être Jasounet en personne hihi… Trish qui est toujours aussi canon.

Et puis zut on reste toujours à la fin du film! Non mais.

Sinon mention spéciale aux maquillages de Tom Savini qui fait le taff avec force et honneur. Franchement, le gars est un magicien de l’hémoglobine. Le minois à Jason vaut à lui seul le visionnage du film.

La bande son elle est sans génie et la mise en scène pareille. Manfredini, malgré quelques moments de grâce, se repose sur ses lauriers et ne cherche pas la nouveauté.

vendredi 13 2

A noter que l’interprète de Jason, Ted White, un vrai géant, a détesté le tournage du film en raison du fait suivant. Judie Aronson, une des victimes de Jason, devait jouer une scène entièrement dénudée dans les eaux froides de Crystal Lake. Nue sur un radeau au milieu du lac brumeux, la pauvre Judie, atteinte d’hypothermie, se mit à pleurer de douleur. Zito, pensant sans doute à son cachet une fois la mission remplie, aurait fait preuve de la plus grande indifférence face à la souffrance de la jeune actrice. Tel un preux chevalier, Ted White exhorta Zito de trouver une solution pour palier à ce problème, sous peine de quitter le masque de hockey plus tôt que prévu. Par manque de temps, le réalisateur accepta de trouver une solution alternative.

Allez une conclusion au chapitre final et un teasing…

A partir de là, mis à part un sursaut, la saga va partir en freestyle total. Mais Steve Ketterlin m’a donné une mission et je compte bien vous saouler jusqu’au chapitre 7.

Alors si vous voulez tout savoir sur l’hockeyeur brutus, je vous ordonne de rester à Crystal Lake !

vendredi 13

© Victor Leblanc

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s